Faire face au cancer d'un proche

Chaque année, 3 000 nouveaux cancers sont diagnostiqués au Luxembourg. C’est terrible pour les personnes concernées. Mais leurs proches sont eux aussi affectés par la maladie et la nouvelle situation.

Lorsqu’un cancer vient d’être diagnostiqué chez un membre de la famille, il est fréquent que les enfants et les adolescents sombrent dans un gouffre. Le chaos émotionnel s’empare d’eux, parce que la peur, la colère et la tristesse se mélangent. Dans le même temps, ils se posent beaucoup de questions, ce qui est normal. 

30 septembre 2022
Faire face au cancer d'un proche

Quels sentiments peuvent faire surface et comment les interpréter ?

La culpabilité
Les enfants ont souvent tendance à se demander si leur propre comportement peut avoir déclenché la maladie. Attention ! Ce n’est pas de sa faute. Un cancer n’est jamais déclenché par le stress, des disputes ou autre chose de ce genre.

La colère
Souvent les adolescents ne comprennent pas pourquoi la maladie frappe justement leur papa. La colère est elle aussi une réaction normale, dont l’adolescent n’as pas à avoir honte. Derrière la colère se cache souvent un mélange d’autres sentiments divers : la détresse, le désespoir ou l’impuissance. Il est important que l’adolescent parle avec des personnes avec lesquelles il se sent à l’aise.

La peur
Les adolescents s’imaginent souvent les pires scénarios. Il est normal d’avoir peur dans pareille situation. Mais un diagnostic de cancer ne signifie pas pour autant que la personne va mourir. Au cours des dernières décennies, la médecine a beaucoup progressé.

Quels sentiments peuvent faire surface et comment les interpréter ?

Les changements dans la vie quotidienne

Quand un membre de la famille a un cancer, beaucoup de choses changent à la maison. Soudain, les rendez-vous à l’hôpital ou chez le médecin sont la priorité absolue. Il arrive parfois qu’il n’y ait personne à la maison pour aider à faire les devoirs, à préparer le dîner ou encore personne pour faire la lessive.

Faire face à la nouvelle situation

Au début, on peut avoir du mal à se faire à ces changements. Mais l’adolescent ne doit jamais oublier que même si la situation est difficile en ce moment, il a quand même le droit de s’amuser ! Ils devraient se distraire et avoir un équilibre social pour favoriser leur propre santé mentale. Et, si nécessaire, chercher de l’aide auprès d’un professionnel.

Les effets du cancer d’un proche parent sur le corps et le mental

La manière dont les adolescents vivent le cancer d’un membre de la famille dépend de différents facteurs :

  • L’âge : en tant qu’enfant on dépend davantage des parents, et à l’adolescence, on se découvre soi-même. Et à 14 ans, les relations avec les parents ne sont pas les mêmes qu’à 18 ou 19 ans
  • Le sexe : les filles ont souvent plus de facilité  à parler de ce qu’elles ressentent que les garçons
  • La personnalité : certaines personnes n’éprouvent aucune difficulté à aborder des sujets difficiles, d’autres deviennent agressives
Bon à savoir

Quand les sentiments sont refoulés, des problèmes psychosomatiques comme les maux de ventre ou l'anorexie peuvent survenir.

L’école, un endroit « sans le cancer »

La vie scolaire permet par ailleurs souvent d’oublier la situation difficile à la maison. Il est tout à fait normal et compréhensible que les adolescents veuillent avoir un endroit où la vie continue sans changements ! Si l'adolescent décide de parler de la maladie avec ses amis les plus proches, voici quelques conseils :

  • c’est lui qui décide à qui il se confie : il peut demander à ses amis de garder le secret. On peut espérer que ses meilleurs amis s’y tiendront.
  • c’est lui qui pose les limites : il ne doit pas se sentir obligé d’entrer dans le détail de la maladie s'il ne le souhaite pas.
  • il peut arriver que certains de ses amis évitent le sujet. Ce n’est pas pour autant qu’ils ne tiennent pas à lui. Cela vaut la peine de faire avec eux des activités qui permettent d’oublier la réalité quotidienne.
L’école, un endroit « sans le cancer »
Cover FR du den ins!der 91

den ins!der n°91 - Faire face au cancer d'un proche

Je veux lire l'édition complète

Fondation Cancer : elle propose des consultations psychologiques et le suivi d’enfants, d’adolescents et d’adultes. Ces prestations gratuites sont assurées dans différentes langues (luxembourgeois, français, allemand, anglais, espagnol, grec et portugais). Les consultations peuvent aussi avoir lieu par visioconférence.
En savoir plus

Psy Jeunes : Service de soutien psychologique de la Croix-Rouge luxembourgeoise à destination des adolescents.
En savoir plus

SePAS : les services psycho-sociaux et d’accompagnement scolaires au sein des établissements scolaires luxembourgeois. Souvent, les services SePAS peuvent être les premiers interlocuteurs.
En savoir plus

N'hésitez pas à consulter notre page dédiée à cette thématique : 

Parler du cancer à son enfant

 

Nos autres actualités & évènements

Le grand art de la confiance en soi
Actualité

Positiver au quotidien - Les clés du succès

Sur les réseaux sociaux, comme dans la vraie vie, la clé d’une bonne santé psychique est souvent la...

Surpoids
Actualité

Ce poids qui pèse

A l’échelle de la planète, plus de 600 millions d’adultes et de 100 millions d’enfants sont obèses !