Alcool

Pour l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), il n’existe pas de seuil en dessous duquel la consommation d’alcool est sans danger. Tous les types de boissons alcoolisées (y compris la bière, le vin et les spiritueux) sont associés au risque de développer un cancer et ce risque augmente avec la quantité consommée. 

En 2018, la Région européenne de l’OMS a enregistré 180 000 cas (70 000 chez les femmes et plus de 110 000 chez les hommes) de cancer attribuable à l’alcool et elle considère que l’alcool au cours de cette même année aura contribué à près de 92 000 décès par cancer. 

Prévention, limitez votre consommation d'alcool

Quels liens entre cancer et alcool ?

L'alcool est cancérigène, y compris à faible dose. Quel que soit le type de boissons alcoolisées, il existe un risque de cancer qui augmente avec la quantité d'alcool consommée puisque c’est l’alcool en lui-même qui est responsable des dommages causés. 

Pourquoi est-il cancérigène ?

  • Notre organisme transforme l’alcool (éthanol) en une substance chimique appelée acétaldéhyde. L’éthanol et l’acétaldéhyde sont deux substances provoquant le cancer. 
  • Les cellules du foie sont endommagées par l’alcool, ce qui peut provoquer une cirrhose du foie. La cirrhose favorise le développement du cancer du foie.
  • L’alcool peut influencer le taux de certaines hormones telles que les œstrogènes. Des taux élevés d’œstrogènes augmentent le risque de cancer du sein, surtout chez la femme ménopausée.
Testez vos connaissances !

Découvrez si vos connaissances sur les effets de l’alcool sont correctes !

Participer au quiz

L’alcool est le 2e facteur de risque évitable de cancer après le tabac.

Il est responsable du développement de sept cancers : 

  • le cancer colorectal ;
  • le cancer du sein (chez la femme) ;
  • le cancer du larynx ;
  • le cancer du pharynx ; 
  • le cancer du foie ;
  • le cancer de l’œsophage ; 
  • le cancer de la cavité buccale.  

La consommation d'alcool est également associée à un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral (AVC), de maladie coronarienne, d’insuffisance cardiaque, d’hypertension artérielle, et d’anévrisme aortique.
 

Bon à savoir

Il est donc préférable de réduire votre consommation d’alcool ou, mieux encore, de ne pas en boire du tout. Le risque de cancer accroît dès le premier verre d’alcool et, plus vous en consommez, plus ce risque augmente.

L’alcool est-il présent dans votre quotidien ? Evaluez-le !

Comptabilisez votre consommation en verres d’alcool pendant une semaine. Pour vous faciliter la tâche, voici un relevé hebdomadaire à imprimer et compléter au jour le jour.

Nous en sommes convaincus, le résultat vous surprendra ! Commencez par ne pas boire d’alcool pendant au moins trois jours sur la semaine.  

L'alcool est-il présent dans votre quotidien ?

Comment réduire les risques ?

Comment réduire son risque de développer un cancer à cause de l'alcool ?

Moins vous buvez d’alcool, plus vous réduisez votre risque. Limitez donc votre consommation d’alcool et commencez par ne plus boire d’alcool pendant, au minimum, trois jours de la semaine. 

Que vous buviez un verre standard de bière ou de whisky, même si leur taille varie, tous contiennent la même quantité d’alcool pur, soit environ 10 grammes.

Notez toutefois que, bien souvent, les quantités servies dans les débits de boisson ou à domicile sont supérieures à celles que peuvent contenir les verres standards.

Voici quelques astuces pour réduire facilement sa consommation d’alcool : 

  • les jours où vous buvez, limitez-vous à 1 verre d’alcool ;
  • faites des cocktails sans alcool ; 
  • buvez de l’eau et espacez vos consommations dans le temps ;
  • diluez et allongez au maximum vos cocktails ;
  • évitez de boire de l’alcool chez vous ; 
  • informez votre entourage de votre volonté de réduire la consommation d’alcool (diner entre amis, soirées, etc.)  ;
  • occupez-vous autrement qu’en buvant : allez courir, lisez un livre, prenez le temps de faire la cuisine, prenez un bain …
Sans alcool, la fête est plus folle

Vous pouvez réaliser un grand nombre de boissons sans alcool. Découvrez nos recettes sans alcool !

Recettes

Les boissons alcoolisées, un concentré de calories !

Les boissons alcoolisées - un concentre de calories

Saviez-vous que l’alcool pur est plus calorique que le sucre ?

Les boissons alcoolisées sont souvent très caloriques. A titre de comparaison, un gramme d’alcool pur représente sept kcalories contre quatre kcalories pour un gramme de sucre. 

Sachant que les boissons alcoolisées contiennent de l’alcool pur (10 gr par verre standard) mais également du sucre (variable selon la préparation), elles constituent un véritable concentré de calories pouvant être responsables d’une prise de poids.

Afin d’atteindre ou de maintenir un poids sain, il est recommandé de réduire sa consommation d’alcool voire de ne pas en boire du tout. 

Chaque boisson alcoolisée peut présenter des taux d’alcool variables. C’est pourquoi nous pouvons retrouver des spiritueux avec un pourcentage d’alcool élevé ou encore des bières avec un taux d’alcool supérieur à la moyenne. 

Vous pouvez, à l’aide de ce calculateur, déterminer la quantité de calories contenues dans vos boissons alcoolisées. 

Pour plus de conseils, veuillez consulter notre publication dédiée à ce sujet : den ins!der n°79

Bon à savoir

Alcool et grossesse

Ne consommez pas d’alcool lors de la grossesse ou lorsque vous allaitez, ni lorsque vous prenez un traitement médicamenteux. L’alcool peut impacter le fœtus ou le nouveau-né, interférer avec les médicaments et provoquer des effets secondaires néfastes importants.

Alcool et tabagisme

Evitez de combiner le tabagisme à la consommation d’alcool. Effectivement, la consommation d’alcool associée au tabagisme s’avère être particulièrement dangereuse et le risque combiné de cancer lié à ces deux expositions est multiplié. 

La consommation d’alcool favorise l’absorption des substances cancérigènes présentes dans la fumée de la cigarette par les tissus de la bouche et de la gorge. C’est l’une des raisons qui explique la multiplication des dommages et l’augmentation du risque du cancer de la bouche, de la gorge et de l’œsophage chez les personnes combinant la consommation d’alcool et le tabagisme.
 
Arrêtez de fumer et de consommer de l’alcool, votre risque de cancer s’en verra par conséquent également réduit.

Foire aux questions

Vous avez certainement déjà entendu dire qu’un verre de vin rouge était bon pour le cœur. Ce n’est pas vrai ! Aucune étude scientifique ne démontre que les boissons alcoolisées aient un effet protecteur pour le cœur des personnes en bonne santé. 

La consommation d’alcool est associée à un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral, de maladie coronarienne, d’insuffisance cardiaque, d’hypertension artérielle et d’anévrisme aortique.

L’idée de développer des problèmes cardiovasculaires vous préoccupe ? Il y a des moyens bien plus sains que de boire de l’alcool pour les éviter : ne pas fumer, avoir un poids de forme, pratiquer une activité physique ou avoir une alimentation saine.

La plupart des boissons alcoolisées ont leur propre verre standard. Ainsi, un verre standard de bière (25 cl), de vin (10 cl), de champagne (10 cl) ou de spiritueux (3 cl) contient la même quantité d’alcool pur, soit environ 10 grammes.
En clair, que vous buvez un verre de bière ou de whisky, la quantité d’alcool ingéré est la même ! Notez toutefois que souvent les quantités servies dans les débits de boissons ou à domicile sont supérieures aux verres standards.

1 verre-standard = 10 g alcool et 1 verre-standard = 1 petit verre de vin (10 cl) = 1 verre de bière (« Mini » de 25 cl) = 1 coupe de champagne (10 cl) = 1 verre de liqueur (6 cl) = 1 verre d'alcool fort (3 cl)

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le Code Européen contre le Cancer à ce sujet.